Arzachena

Arzachena est considérée comme la capitale du tourisme en Sardaigne. Il est certain  que ce qui n’était qu’un petit centre agro- pastoral situé dans une des landes les moins connues et les moins peuplées de l’île jusqu’à la fin des années soixante, est aujourd’hui le point d’arrivée de millions de visiteurs et d’habitués qui peuvent ici profiter d’une beauté extraordinaire de la nature que l’explosion touristique n’a pas entachée, en vertu d’une exploitation intelligente qui a respecté les valeurs et le paysage.

Aujourd’hui, le territoire de Arzachena est le coeur de la de la Costa Smeralda, le paradis des vacances, pensé et développé en 1962 par Karim Aga Khan, et qui se tourne principalement mais pas exclusivement vers le tourisme d’élite: politiciens, entrepreneurs, personnages du spectacle et du sport y passent régulièrement leurs vacances, souvent dans des villas splendides immergées dans la nature et construites avec le typique et suggestif granit rose de la Gallura, l’entière zone se présente désormais comme la zone balnéaire la plus attractive au niveau international en Europe, et parmi les plus importantes du monde.

Arzachena est composées par différentes fractions: parmi toutes Porto Cervo, “la cité invisible” d’arcs et pierres qui se soutiennent. Porto Rotondo et sa anse en hémicycle, Poltu Quatu et ses fjords, Cannigione et son bourg de pêcheurs, Baja Sardinia, Liscia di Vacca, Portisco et tant d’autres.

En face de nombreuses criques, grandes et petites, qui font face aux splendides eaux couleur émeraude et qui ont donné le nom à cette partie de littoral, derrière les rochers granitiques dont la célèbre Roccia del Fungo.

Le remarquable patrimoine archéologique démontre comment cette aire était déjà habitée depuis le second millénaire avant J.C. Une visite du territoire doit passer par l’originale nécropole circulaire de Li Muri, et le complexe tombal de Li Longhi, dominé par une stèle très haute sur laquelle est sculptée une porte cestinata , mais aussi le petit temple de Melchittu, dans l’abside semi- circulaire de laquelle est posé un petit autel pour les sacrifices rituels, le nouragues horizontal de Albecciu, exemple d’architecture “ en couloir”, et la tombe des géants de “Coddu Echju”, dont la stèle de quatre mètres, au centre d’un demi- cercle de lastre, précède le couloir destiné à la sépulture de l’antique communauté.

A l’époque romaine, s’érigeait ici la statio de Tribula Maior, mais les pestilences et les invasions portèrent au dépeuplement de l’aire entière. Seules de minuscules communautés agro- pastorales survécurent. Elles commencèrent à se développer seulement au 18ème siècle, autour de certains édifices religieux comme l’église de Santa Lucia, Santa Maria della Neve, San Ghjuanni, Santu Petru et la médiévale Santu Micali Sanna.

La lente croissance de Arzachena est liée à l’activité pastorale et à la culture du blé, parmi les activités traditionnelles des habitants, survit encore aujourd’hui l’Agliola, à laquelle il est possible d’assister au mois de juillet dans la localité de Capichera. Le développement lent et constant a permis en 1908, l’obtention de l’autonomie administrative par Tempio Pausania et le repeuplement de l’aire entière. Les habitants de Arzachena sont aujourd’hui 10730. En 1962 arriva l’Aga Khan et le reste fait partie de notre histoire contemporaine.

Valid XHTML 1.0!Valid CSS!
Web Powered by Pentagrafica - Site designed and managed by Daniele Dore